Qu’est-ce qu’un parc résidentiels de loisirs (PRL) ?


Les campings sont à leur apogée dans les années 1960. A l’époque, les hôtels de plein air accueillent essentiellement des tentes de toile. A partir des années 1990, les vacanciers sont de plus en plus nombreux à se laisser séduire par les chalets en bois et les mobile-homes. Plus confortables, ces locations disposent de chambres séparées, de séjour spacieux, de cuisine équipée, de salle de bains complète et souvent aussi de terrasse. Si les campings ont encore de beaux jours devant eux, les parcs résidentiels de loisirs ou PRL suscitent aussi l’intérêt de nombreux vacanciers. Mais ces établissements ne sont pas seulement des lieux de vacances. On peut aussi y acheter des logements pour en faire des résidences principales. Les RPL sont par ailleurs exploités de deux manières, soit par « cession de parcelle » soit sous « régime hôtelier ».

Le PRL exploité sous le régime hôtelier

Dans un parc résidentiels de loisirs exploité sous régime hôtelier, on peut louer, à la nuitée, à la semaine ou au mois, une parcelle, une habitation légère de loisirs – chalet, lodge ou bungalow – ou encore une résidence mobile de loisirs, de type mobile-home. En d’autres termes, ce type de PRL est destiné à une clientèle de passage, qui n’entend pas y élire domicile. Plusieurs PRL sont également aménagés pour l’accueil de caravanes et camping-cars.

Il existe un certain nombre de points communs entre PRL et campings : les deux proposent des prestations de loisirs semblables, avec des piscines, des aires de jeux, des bâtiments sanitaires ou encore des services parahôteliers ; les résidents des campings comme ceux des PRL sont tenus de respecter un règlement intérieur destiné à favoriser une bonne entente entre tous les vacanciers ; ces établissements se rejoignent aussi en ce qui concerne les efforts pour le respect de l’environnement, mettant notamment en œuvre des solutions permettant d’économiser de l’énergie ou de gérer efficacement les déchets.

Mais les PRL se distinguent des campings par le fait qu’ils sont subordonnés à un arrêté de classement délivré par le préfet de région. Ils proposent par ailleurs des parcelles plus vastes, d’une superficie d’au moins 200 m2, permettant aux véhicules de circuler et stationner librement. Pour comparaison, les emplacements de camping ont une superficie de 100 ou 120 m2, parfois moins et rarement plus.

Le PRL avec cession de parcelles

On parle ici d’un parc aménagé, avec des voies de circulation, des espaces verts, des parkings… On peut y louer à l’année ou acheter des parcelles ou des hébergements. Il est possible d’acheter seulement un terrain et d’y installer soit une HLL, de type chalet ou bungalow, soit une résidence mobile de loisirs, de type mobile-home. Mais on peut aussi acheter en même temps le terrain et l’hébergement, auquel cas la vente se fait par acte notarié. Dans les deux cas, le client devient propriétaire et du foncier et du logement, et jouit des espaces et services proposés par le parc résidentiel de loisirs.